AG2R LA MONDIALE, AGRICA, CCMO Mutuelle, le groupe Covéa (MAAF, MMA et GMF) et le FASTT se mobilisent aux côtés de GAE Conseil pour sensibiliser les Français aux conduites addictives.

 

Paris le 22 septembre 2021 – Avec la crise sanitaire, la santé psychologique des Français s’est dramatiquement fragilisée. 5,5 millions d’entre eux déclarent * avoir augmenté leur consommation d’alcool, plus de 50% avoir augmenté leur temps d’utilisation des écrans et 27% fumer davantage. C’est pour répondre aux 71% de Français qui attendent un soutien des mutuelles et institutions de prévoyance sur la question des addictions qu’AG2R LA MONDIALE, AGRICA, CCMO Mutuelle, le Groupe Covéa (MAAF, MMA et GMF) et le FASTT en tant qu’acteurs socialement engagés, s’associent à GAE Conseil pour lancer une campagne de prévention inédite des conduites addictives au moyen d’un Escape Game digital intitulé « Addict’Town ».

Innovante tant du point de vue des technologies mobilisées que de la dimension unique du partenariat, cette campagne se donne pour ambition de toucher (grâce au relais des partenaires) plus de 35 millions de Français soit plus de 52% de la population nationale.

Une enquête menée par une femme shérif au Far West

Afin d’éviter toute stigmatisation liée aux addictions tout en favorisant la projection, le jeu se déroule dans un environnement très différent du monde réel : le Far West, pour renforcer le déroulé pédagogique de l’Escape Game.

Annie Cassidy, la shérif la plus réputée de l’Ouest, vient d’être promue, elle est désormais en charge d’Addict’Town, une ville réputée particulièrement prospère… Dès son arrivée elle réalise que les heures de gloire de la ville sont bien loin derrière elle. Du haut de sa monture, elle observe l’environnement délabré, les chevaux exténués, les habitants déprimés… Sa mission s’avère bien plus compliquée que prévu. Annie Cassidy a besoin de l’aide des participants au jeu pour réussir sa mission : comprendre comment on en est arrivé là.

Une innovation sociale au service d’un sujet majeur de santé publique

« Addict’Town », 1er Escape Game digital de prévention, concept novateur dans le domaine de la santé, dans un format vidéo interactif, immersif et participatif, sensibilise les participants à la prévention des addictions (alcool, médicaments, drogues, jeux, hyper-connexion, achats compulsifs, troubles du comportement alimentaire, etc.) qui se développent dramatiquement depuis la pandémie.

Le jeu invite les participants à mener une enquête au cours de laquelle ils deviennent l’acteur principal de l’intrigue et de leur propre prévention. Ils auront à faire des choix qui vont influencer progressivement le cours du jeu.

Au fur et à mesure de leur progression dans l’intrigue, les joueurs rencontrent un addictologue et un psychologue (des experts de GAE Conseil) qui leur rappellent les messages de prévention à retenir pour renforcer la prise de conscience de l’impact de l’usage et/ou de la consommation de produits psychoactifs ainsi que de la pratique de certains comportements sur leur santé, leur famille, ou encore les volets sociaux et professionnels de leur vie. Objectif : limiter les conséquences de ces comportements.

Pour en savoir plus découvrez la vidéo de présentation : ICI

Une cible large relayée par les partenaires

Il s’agit de l’une des plus larges opérations de prévention des pratiques addictives en France tous publics. Porté par 7 acteurs majeurs de la protection sociale (AG2R LA MONDIALE, AGRICA, CCMO Mutuelle, FASTT, MAAF, MMA et GMF) et par GAE Conseil (cabinet expert de la prévention des addictions) ce dispositif accessible en ligne s’adresse aux salariés, clients et adhérents de ces 8 partenaires ; soit près de 35 millions de Français (plus de 52 % de la population nationale).

* étude Odoxa pour GAE Conseil d’avril 2020.

Contacts médias

Agence Ozinfos

gaeconseil@ozinfos.com

Amine Moussaoui 06 27 26 49 64

Ivanna Báez 07 82 28 14 80

Bifurcations, l’heure des choix : 9ème édition du Printemps de l’économie

#Evénement #Débat #Programmes

 Paris, le 13 septembre 2021 – Toujours animé de la même conviction d’offrir un décryptage des enjeux économiques contemporains à tous les publics, le Printemps de l’économie revient du 12 au 15 octobre prochains dans un format hybride de conférences en présentiel, diffusées dans le même temps en ligne. Le thème retenu est : Bifurcations, l’heure des choix.

Le Printemps de l’économie est né d’une vocation : dissiper la frontière entre l’économie et le grand public. Véritable enjeu démocratique, ces conférences sont l’occasion de réunir des chercheurs, des acteurs de l’économie, des politiques, des journalistes, autour de débats sur les grandes thématiques économiques, sociales, sociétales et environnementales de notre époque.

Cette année, le Printemps de l’économie dévoilera une semaine avant le début de l’événement les résultats du sondage exclusif mené par Opinion Way * ”la souveraineté selon les Français”, le jeudi 7 octobre, lors d’un point presse. 

Inscription ici

Les temps fort de cette 9ème édition du Printemps de l’économie

Cette année 31 conférences thématiques jalonneront l’événement qui est devenu une référence à Paris. Ces moments d’échange et de débat prendront place dans 4 lieux emblématiques du savoir : le campus Eiffel de l’INSEEC, l’Université Paris-Dauphine, le Conservatoire National des Arts-et-Métiers et l’École Nationale Supérieure de Chimie.

L’intégralité des conférences sera retransmise en ligne afin de permettre au plus grand nombre d’accéder aux échanges. Ce dispositif hybride rappelle la raison d’être du Printemps de l’économie, à savoir démocratiser les débats économiques et rapprocher l’économie du grand public.

Le Printemps de l’économie réunira plusieurs chefs d’entreprises et acteurs institutionnels majeurs tels que : Franck Riester** Ministre délégué chargé du Commerce extérieur et de l’Attractivité), Nathalie Aufauvre (Directrice générale de la stabilité financière et des opérations, Banque de France), Olivier Babeau (Président de l’Institut Sapiens), Philippe Brassac (Directeur général du Groupe Crédit Agricole), Philippe Gattet (Xerfi), Sylvie Goulard (Sous-Gouverneure de la Banque de France) Selma Mahfouz (Inspectrice générale des finances, ex-Directrice générale de la DARES), El Mouhoub Mouhoud (Président de l’Université Dauphine) Robert Ophèle (Président de l’AMF), Jean-Luc Tavernier (Directeur Général de l’INSEE), Laurence Tubiana (Directrice de la Fondation européenne pour le climat – ECF, Fondatrice de l’Iddri), Yves Tyrode (Groupe BPCE).

Seront également invités à exprimer leurs points de vue et donner un décryptage des tendances économiques, plusieurs économistes et universitaires de renom parmi lesquels : Philippe Aghion, Michel Aglietta, Patrick Artus, Philippe Askénazy, Agnès BénassyQuéré, Gilbert Cette, Jezabel Couppey-Soubeyran, Sylvie Faucheux, Alain Granjean, Sébastien Jean, Mathilde Lemoine, Dominique Plihon, Xavier Ragot, Henri Sterdyniak, Xavier Timbeau et bien d’autres… dont, René Passet, invité à la session inaugurale et au cœur du Magazine du Printemps de l’économie.

Hommage à René Passet

Sur un thème tel que “Bifurcations, l’heure des choix”, la parole de cet économiste précurseur semblait plus que nécessaire. René Passet, dès les années 1970, analysait déjà dans une optique multidisciplinaire les logiques opposées de l’économie et de la nature et pourfendait les erreurs de l’approche économique dominante : il était membre du célèbre Groupe des 10, qui rassemblait des personnalités telles que Edgar Morin, Henri Atlan, Henri Laborit, ou Michel Rocard. Ce même Michel Rocard qui n’est pas pour rien dans la création du Printemps de l’économie et qui, avec son fondateur, lui a donné sa raison d’être : la méconnaissance en économie est une menace pour la démocratie.

Les incontournables de la 9ème édition du Printemps de l’économie

Le monde d’après

  • Mardi 12 octobre / 8h15 : Bifurcations : l’heure des choix, la session d’ouverture

En présence de Pierre-Pascal Boulanger, Président-fondateur des Économiques et du Printemps de l’économie Sylvie Faucheux, Directrice Générale IFG Executive Education, Michel Aglietta, Conseiller au CEPII, Agnès Bénassy-Quéré, économiste en chef de la DG Trésor, et René Passet, Professeur émérite de l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne..

  • Mercredi 13 octobre / 8h15 : Peut-on sortir de l’économie du “moins cher” ?

En présence de Patrick Artus, Chef économiste chez Natixis, Olivier Babeau, Président chez Institut Sapiens, Anne-Laure Delatte, Chercheure au CNRS et Sébastien Jean, Directeur du CEPII.

Jeunesse

  • Mardi 12 octobre / 10h45 : Le modèle de l’enseignement supérieur doit-il se réinventer ?

En présence de Sylvie Faucheux Directrice IFG Executive Education, Hugues Ferreboeuf, chef de projet « The Shift Project », Delphine Lesserre, Professeure à HEC Montréal, et François Taddei, Directeur du CRI (Centre de Recherche Interdisciplinaire).

  • Jeudi 14 octobre / 12h : La jeunesse : mal-aimée de nos sociétés ?

En présence de Philippe Askénazy, Directeur de Recherche en économie au CNRS, Professeur attaché au département d’économie de l’ENS.

Climat

  • Mercredi 13 octobre / 11h : Transition écologique, questions climatiques : l’affaire de tous.

En présence de Philippe Brassac, Directeur général du Groupe Crédit Agricole, Corinne Lepage, avocate spécialiste en droit de l’environnement et ancienne ministre de l’Environnement, Robert Ophèle, Président de l’AMF (Autorité des Marchés Financiers) et Christian de Perthuis, Professeur à l’université Paris Dauphine-PSL, Fondateur de la Chaire Economie du Climat.

  • Jeudi 14 octobre / 15h15 : Société complexe ou sobriété radicale : qui sauvera la planète ?

En présence de Catherine Larrère**, Professeure émérite de Philosophie à l’Université Paris 1- Panthéon-Sorbonne, Antonin Pottier, Maître de conférences de l’EHESS, Laurence Tubiana, Présidente du conseil d’administration de l’Agence Française de Développement (AFD) Lola Vallajo**, Directrice du programme climat de l’Iddri, Alain Granjean**, Co-fondateur et associé de la société Carbone 4, Xavier Timbeau, Directeur général, OFCE Sciences Po.

Numérique

  • Jeudi 14 octobre / 9h30 : Dangers et promesses du numérique pour la société de demain

En présence de Philippe Aghion, Professeur au Collège de France, Dominique Plihon, Professeur, Université Paris XIII, Mireille Bruyère, Economiste, Université de Toulouse 2 et Thomas Coutrot, Economiste chez Dares.

  • Jeudi 14 octobre / 10h30 : Faut-il démanteler les GAFAM ?

En présence de François Lévêque, Professeur d’économie, Frédéric Marty, Chargé de recherche au CNRS, Aurélien Portuese, Professeur de droit, Julien Pillot, enseignant – chercheur à INSEEC.

Etat

  • Vendredi 15 octobre / 10h45 : Le PIB : une mesure d’avenir ?

En présence de Didier Blanchet, Directeur des études et synthèses économiques à l’INSEE, Yaëlle Hauseux, Cheffe de la division concepts, méthodes et évaluations du département des comptes nationaux à l’Insee, Xavier Timbeau, Directeur général à l’Ofce Sciences-Po.

  • Mardi 12 octobre / 9h30 : Innovation, planification, redistribution, protection : faut-il réinventer l’Etat ?

En présence de Catherine Audart, Professeure de philosophie morale et politique à la London School of Economics, Hyppolite d’Albis, Directeur de recherche au CNRS, Charlotte Alpern, Docteure en science politique, Xavier Ragot, Président de l’OFCE et Xavier Timbeau, Directeur général de l’OFCE.

Conflits sociaux

  • Mercredi 13 octobre / 18h15 : “Nuit Debout”, Gilets jaunes.… Quelles bifurcations ? Quel changement social ?

En présence de Erik Neveu, professeur émérite de Science Politique, auteur de « Sociologie des mouvements sociaux », Ludivine Bantigny, historienne, maîtresse de conférences à l’université de Rouen et Laurent Jeanpierre, professeur de science politique à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Retrouver le programme de l’ensemble des conférences en ligne

http://www.printempsdeleco.fr/programme

*enquête réalisée par Opinion Way mi-septembre 2021.

** Présence non confirmée pour l’heure

A propos des Économiques et du Printemps de l’économie

Créé en 2013, par Pierre-Pascal Boulanger, Professeur d’économie au Lycée Turgot, le Printemps de l’Économie a pour ambition, autour d’une semaine de débats animés par des économistes et chercheurs en sciences sociales, des représentants d’institutions et de l’entreprise ou issus de l’entreprise, de proposer au grand public et particulièrement aux jeunes (étudiants, jeunes actifs) de réfléchir chaque année à un thème d’actualité d’un point de vue économique. L’ambition d’ouvrir la sphère éducative sur l’économie et d’œuvrer à la citoyenneté par une meilleure compréhension du monde permet à cet événement d’être soutenu par de nombreux partenaires institutionnels, scientifiques, associatifs et médiatiques (INSEEC U., Groupe Caisse des Dépôts, Banque de France Educfi, Académie de Paris, Université Paris-Dauphine, Xerfi,  Crédit Agricole, Natixis,  CNAM, France Stratégie, Ministère de l‘économie et des finances-Direction générale du trésor, École d’économie de Paris-PSE, IGPDE, Insee, APSES, Lycée Turgot, OFCE, Les Économistes Atterrés,  CEPII, Centre d’Économie de la Sorbonne, EHESS,  LEDa de l’Université Paris-Dauphine,). Le Printemps de l’Économie est un événement organisé par l’association les Économiques, créée en 2010 et présidée par son fondateur Pierre-Pascal Boulanger, rejoint en 2015 par Rémi Jeannin, Professeur en classes préparatoires au Lycée Hector Berlioz à Vincennes. Il dispose d’un Conseil Scientifique pluraliste rassemblant économistes et chercheurs en sciences sociales, représentants des médias et des entreprises et aussi d’un Conseil étudiant (une vingtaine d’étudiants issus d’établissements du supérieur : universités, écoles d’économie, écoles d’ingénieurs et écoles de commerce) qui veille à maintenir l’accessibilité et l’attractivité du programme proposé. http://www.printempsdeleco.fr/

Contacts médias

Agence OZINFOS

Robin Barbacetto 06 26 22 08 94 / Robinson Lebrun 06 75 08 15 53 / printempsdeleco@ozinfos.com

La FIRPS présente ses recommandations en faveur de la santé et la qualité de vie au travail

Paris, le 9 septembre 2021 – La FIRPS (Fédération des Intervenants en Risques Psychosociaux), partenaire du salon Préventica, sera présente à Lille Grand Palais où elle animera une conférence Conférence Les RPS à l’heure du post covid-19 le Mercredi 29 septembre à 9H45.

Dans un contexte de crise sanitaire entrainant de fortes transformations du monde du travail et des conditions d’emploi, la FIRPS contribue à la réflexion sur les enjeux des RPS dans le cadre de la nouvelle organisation du travail : Elle rappellera lors de sa conférence comment la prévention des risques psychosociaux (RPS) et l’attention à la qualité de vie au travail (QVT) s’insèrent dans la réflexion collective autour de la meilleure articulation entre santé au travail et efficacité des entreprises ou des administrations.

Le programme de la Firps à Préventica Lille

Mercredi 29 septembre à 9H45 en salle PLENIERE : Conférence Les RPS à l’heure du post covid-19 : Alors que la crise sanitaire a frappé sans prévenir, les entreprises ont dû s’organiser pour s’adapter à cette situation inédite. La Firps décryptera les impacts du Covid-19 sur les collectifs de travail, sur les RPS et les addictions en milieu professionnel.

Coanimée par Jean-Luc ODEYER, Président du Groupe JLO et Emmanuel CHARLOT, Directeur général de Stimulus, tous deux administrateurs de la FIRPS.

ll sera également possible de retrouver les membres de la FIRPS au salon :

Le Groupe JLO : Acteur majeur en conseil RH et Qualité de Vie au Travail tiendra le stand E25. Il animera une conférence le mardi 28 septembre de 15h30 à 16h00 en salle AS1 « Prévention active et concertée TMS : entre ergo, kiné et solutions ergonomiques. »

Coanimée par Benoit CORBIN, Consultant Ergonome, GROUPE JLO & Arnaud DECLOSMENIL, Responsable Grands Comptes, ERGO SANTE.

Le cabinet Stimulus : Cabinet de conseil de bien-être et santé au travail tiendra le stand A07. Il animera une conférence le mercredi 29 septembre de 10h15 à 11h00 en salle A sur « Transformation des missions managériales et du fonctionnement d’équipe : vers un mode de MANAGEMENT HYBRIDE ? » 45mn pour aborder les changements nécessaires dans les modes de management, afin d’accompagner au mieux les équipes et limiter les risques en termes de santé psychologique des collaborateurs.

Animée par Sophie AUCLAIRE, Consultante manager, STIMULUS.

Christophe NGUYEN, président d’Empreinte Humaine, sort le 27 septembre, son 1er ouvrage sur la santé psychologique des salariés.

Lire un extrait

En librairie le 27 septembre 2021

240 pages – 24,90 €

La pandémie de Covid-19 a provoqué une crise psychologique qui s’apparente à un véritable stress test pour le monde du travail. Révélant de nombreuses failles en matière de prévention  des  risques psychosociaux, le télétravail massif a confronté organisations, managers et salariés à leurs propres limites et vulnérabilités.

Les conséquences psychologiques de cette épidémie ne sont pourtant pas inéluctables.

De nombreuses entreprises s’en sortent mieux que d’autres, tout comme un certain nombre de managers et d’individus qui, bien avant ces événements, avaient adopté des pratiques saines pour préserver l’état moral de chacun.

Cet ouvrage s’appuie sur l’accompagnement des entreprises effectué par les auteurs et les différents baromètres réalisés au long de la crise. Il propose des analyses de situations ainsi qu’un ensemble d’actions à mener pour favoriser une meilleure qualité de vie au travail.

Il entend démontrer que les politiques les plus efficaces en la matière reposent à la fois sur des actions individuelles, managériales et organisationnelles, cette combinaison étant la clé d’une résilience collective face aux bouleversements actuels et à venir.

Cabinet franco-canadien indépendant spécialisé dans la prévention des risques psychosociaux et la qualité de vie au travail, Empreinte Humaine exerce depuis dix ans ses missions d’accompagnement et de conseils pragmatiques aux entreprises afin d’améliorer l’ensemble de leur écosystème.

Christophe Nguyen est psychologue du travail et des organisations et Président co-fondateur d’Empreinte Humaine. Il enseigne dans différentes écoles et universités dans le domaine de la prévention des risques psychosociaux et la qualité de vie au travail.

Jean-Pierre Brun est professeur associé au département de management de la Faculté des sciences de l’administration de l’Université Laval au Québec. Il est fondateur de la Chaire en gestion de la santé et de la sécurité du travail et co-fondateur d’Empreinte Humaine.

 

Contacts-Presse

Amine MOUSSAOUI   amine@ozinfos.com 06 27 26 49 64               

Esteban ALGRAIN esteban@ozinfos.com  07 72 21 56 48

JEANTET CONSEILLE LES DIRIGEANTS DE COGELEC

Paris, le 23 juillet 2021 Jeantet a conseillé les dirigeants de Cogelec, leader français du contrôle d’accès dans l’habitat collectif, dans le cadre de l’évolution du capital de S.R.C, actionnaire de contrôle de Cogelec, intégrant l’arrivée de RAISE Investissement en tant que partenaire financier minoritaire.

Les dirigeants de Cogelec ont constitué la société Cogelec Développement afin qu’elle procède à l’acquisition, par voie de cession et d’apport, de l’intégralité du capital de S.R.C (détenu par les dirigeants de Cogelec avant l’opération). Concomitamment, RAISE Investissement a réalisé un investissement en fonds propres et quasi-fonds propres à hauteur de 18,8 millions d’euros au sein de Cogelec Développement.

 

Un pacte d’associés a été conclu entre les associés de Cogelec Développement, aux termes duquel les associés ont déclaré agir de concert vis-à-vis de Cogelec Développement, de S.R.C et de Cogelec, étant précisé que le « sous-concert » préexistant formé par les dirigeants de Cogelec reste prédominant au sein du concert élargi.

A ce titre, la réalisation effective de l’opération était notamment subordonnée à la constatation par l’Autorité des marchés financiers qu’il n’y avait pas matière à déposer un projet d’offre publique obligatoire visant les actions Cogelec, à la suite de l’élargissement du concert préexistant.

L’entrée de RAISE Investissement au capital du Groupe Cogelec s’inscrit dans une dynamique de partenariat avec les dirigeants du Groupe Cogelec pour soutenir activement sur le long terme ses perspectives de développement en France et à l’international.

Jeantet (conseil juridique des dirigeants de Cogelec) : Cyril Deniaud, associé, et Guillaume Soulé, collaborateur (Corporate / Marchés de Capitaux), Nicolas Goetz, counsel, et Nicolas Fribault, collaborateur (Corporate / M&A).

D&A est intervenu en tant que conseil financier des dirigeants de Cogelec dans le cadre de l’opération

Agilys est intervenu en tant que conseil juridique de RAISE Investissement.

 

À propos de Jeantet

 

Jeantet est l’un des principaux cabinets d’avocats d’affaires français indépendants, délivrant des services personnalisés et à forte valeur ajoutée, avec un attachement à l’éthique et aux valeurs humaines.

 

Conscients des évolutions économiques, technologiques, sectorielles et juridiques qui s’imposent à nos clients, nos avocats ont la capacité d’anticiper, de s’impliquer et d’imaginer des solutions fiables, pratiques et adaptées à leurs enjeux.

 

Ancré dans son marché grâce à de solides fondations, Jeantet associe une expertise juridique d’excellence, en conseil et en contentieux, à une culture entrepreneuriale, au service du succès des projets de ses clients.

 

Jeantet à Paris, Casablanca, Genève, Budapest, Kiev et Moscou compte plus de 150 avocats dont 30 associés.

 
www.jeantet.fr            Jeantet – avocats

 

Contact presse 

 

 

 

JEANTET

Charlotte VERILHAC

Responsable communication

Tel. +33 (0)1 45 05 80 05

cverilhac@jeantet.fr

 

OZINFOS

Marie-Céline TERRÉ

Tel. 06 27 26 49 65

Esteban ALGRAIN

Tel: 07 72 21 56 48

jeantet@ozinfos.com

 

 

Pass sanitaire obligatoire Les pharmacies des centres commerciaux une nouvelle fois « victime » collatérales et entravée dans leur contribution à la campagne vaccinale ?

 

Paris, le 20 juillet 2021 – Alors que les pharmacies ne relèveraient pas des catégories d’établissements concernés par l’élargissement du pass sanitaire, un doute subsiste pour celles installées dans les grands centres commerciaux, qui eux seront soumis à cette obligation, avec des dispenses au cas par cas selon le gouvernement. Une situation inacceptable pour les pharmaciens du groupement Pharmabest.

« Alors que la 4ème vague est là, que le gouvernement pousse les feux pour accélérer la vaccination du plus grand nombre ; comment comprendre que l’accès aux pharmacies installées dans les grands centres commerciaux, soit pénalisée par une obligation de pass sanitaire » s’alarme David Abenhaim, Président du groupement Pharmabest et lui-même pharmacien.

A la suite des remarques formulées par le Conseil d’Etat lundi 19 juillet au projet de loi, le gouvernement propose du cas par cas pour déterminer un seuil » qui serait défini dans un décret, pour désigner les « grands centres commerciaux » concernés pas le pass sanitaire, mais encore, pas tous. Ne seraient pas concernés, ceux situés « dans le bassin de vie » qui entoure le centre commercial, où la population n’a pas d’autres solutions pour réaliser des achats de première nécessité, c’est-à-dire « alimentaires et pharmaceutiques ».

Telle est la nouvelle aberration contre laquelle s’élève le groupement Pharmabest dont 1/3 des pharmacies sont situées dans des Centres Commerciaux. Si tel était le cas, comment justifier l’inégalité de traitement entre les pharmacies et l’inégalité d’accès aux pharmacies pour les Français, s’alarme Pharmabest ?

«Cette obligation soulèverait de nombreuses questions quant à la poursuite de l’exercice de la pratique officinale » souligne David Abenhaim, président du groupement Pharmabest.

    • Comment faire avec un patient ayant déjà reçu sa primo injection qui souhaitera recevoir sa deuxième dose chez son pharmacien ? Si l’on se réfère au texte, il ne pourra pas accéder à l’officine car il ne pourra présenter de pass sanitaire. 
    • De même, quel sort va-t-on réserver aux patients chroniques qui ne pourront se rendre chez leur pharmacien habituel s’ils ne détiennent pas de pass sanitaire ? » 

Nous sommes à votre disposition pour organiser un reportage dans une de nos pharmacies situées dans les grands CC de la région parisienne, qui compte tenu de la densité ne relèverait pas de ces exceptions…alors qu’elles ont déjà de nombreux patients primo vaccinés qui devraient venir faire leur seconde dose dans les prochains jours.

A propos de Pharmabest

Pharmabest s’est hissé en cinq ans parmi les tous premiers réseaux organisés de pharmacies en France. Il regroupe au 1er février 2021, 98 des plus importantes pharmacies françaises et est présent sur l’ensemble de l’Hexagone en Corse, à la Martinique, en Guadeloupe et à la Réunion. L’enseigne affiche un chiffre d’affaires de 850 millions d’euros à fin 2020. 2600 salariés dont 610 pharmaciens inscrits à l’Ordre accueillent plus de 120 000 clients par jour dans le réseau, et servent environ 16 millions d’ordonnances par an. Pharmabest, est une enseigne qui innove au service des patients : avril 2017, lancement d’une carte de fidélité qui compte 931000 abonnés et 70 marques – avril 2018, lancement de Pharmascience, la première marque propre du groupement 100% naturelle autour d’une gamme de compléments alimentaires et d’huiles essentielles – juin 2018 lancement du premier service de pré-dépistage du mélanome en pharmacie – janvier 2019, lancement du site ombrelle du réseau  www.pharmabest.com – novembre 2019, lancement du Click & Collect  – janvier 2020 : la politique zéro plastique en pharmacie. Novembre 2020 : lancement de la campagne de dépistage du Covid-19. Janvier 2021, lancement de la télémédecine en officine. Pharmabest c’est une marque forte, déclinée en magasin, sur internet, dans une application et avec un magazine mensuel distribué à 480 000 exemplaires. Le groupement est une SA dont les associés sont les pharmaciens. Elle a pour Président le Dr David Abenhaim, associé de la pharmacie Pharmabest Prado-Mermoz à Marseille, et pour Directeur Général, Alain Styl.

Suivez nos actualité sur @pharmabest_corp

Contacts médias

Agence Ozinfos

pharmabest@ozinfos.com

Esteban Algrain- 07 72 21 56 48.

Jeantet conseille IKONISYS dans le cadre de son introduction en bourse sur le marché euronext growth Paris

– COMMUNIQUÉ DE PRESSE –                                                            

Paris, 19 juillet 2021 

JEANTET CONSEILLE IKONISYS DANS LE CADRE DE SON INTRODUCTION EN BOURSE SUR LE MARCHÉ EURONEXT GROWTH PARIS 

Paris, le 19 juillet 2021 – Jeantet a conseillé la société IKONISYS, société spécialisée dans la détection précoce et précise des maladies cancéreuses avec une solution unique entièrement automatisée pour les laboratoires d’analyses médicales, dans le cadre de son introduction en bourse sur le marché Euronext Growth Paris, pour un montant global de 4 M€.

 

Dans le cadre de l’offre, 700.000 actions ont été offertes au public à un prix de 5,75 € par action. Sur cette base, la capitalisation boursière de la Société ressort à environ 55 M€.

Le règlement livraison des actions offertes est intervenu le 16 juillet 2021. Les actions seront admises aux négociations sur le marché Euronext Growth Paris le 19 juillet 2021 en cotation en continu (ISIN FR00140048X2 / Mnémonique : ALIKO).

L’offre et l’admission des actions de la Société sur le marché Euronext Growth Paris ont pour objectif de permettre au Groupe de financer sa stratégie commerciale aux Etats-Unis et en Europe et sa R&D.

Banque Delubac & Cie a agi en qualité de listing sponsor, chef de file, teneur de livre et prestataire de services d’investissement.

Jeantet (conseil juridique d‘Ikonisys) : Cyril Deniaud (Associé, Marchés de Capitaux), Benjamin Cohu (Collaborateur, Marchés de Capitaux) et Fanny Alexanian (Collaboratrice, Marchés de Capitaux).

 

 

 

À propos de Jeantet

 

Jeantet est l’un des principaux cabinets d’avocats d’affaires français indépendants, délivrant des services personnalisés et à forte valeur ajoutée, avec un attachement à l’éthique et aux valeurs humaines.

 

Conscients des évolutions économiques, technologiques, sectorielles et juridiques qui s’imposent à nos clients, nos avocats ont la capacité d’anticiper, de s’impliquer et d’imaginer des solutions fiables, pratiques et adaptées à leurs enjeux.

 

Ancré dans son marché grâce à de solides fondations, Jeantet associe une expertise juridique d’excellence, en conseil et en contentieux, à une culture entrepreneuriale, au service du succès des projets de ses clients.

 

Jeantet à Paris, Casablanca, Genève, Budapest, Kiev et Moscou compte plus de 150 avocats dont 30 associés.

 
www.jeantet.fr            Jeantet – avocats

 

Contact presse 

 

 

 

JEANTET

Charlotte VERILHAC

Responsable communication

Tel. +33 (0)1 45 05 80 05

cverilhac@jeantet.fr

 

OZINFOS

Esteban ALGRAIN

Tel : 07 72 21 56 48

 

Marie-Céline TERRÉ

Tel. 06 27 26 49 65 jeantet@ozinfos.com

 

Pharmabest se félicite de l’incitation à vacciner les français et appelle à une meilleure répartition des doses par capacité vaccinale

Paris, le 16 juillet 2021 – Alors que le Président de la République a annoncé lundi un nouveau cadre sanitaire pour permettre aux français de mieux vivre avec le virus de la Covid-19 et de ses variants, le groupement Pharmabest se félicite de l’incitation forte renouvelée à la vaccination.

Le groupement, à cet égard, déplore le faible nombre de flacons mis à disposition des pharmacies qui pourtant sont des lieux de vaccination pertinents. Pharmabest n’a pu vacciner plus de 7000 personnes depuis mars, faute de doses. Ses pharmaciens sont prêts à s’engager à vacciner le plus grand nombre dans ses pharmacies qui chaque jour chacune, accueillent des milliers de français.

Il appelle de fait les pouvoirs publics à permettre un dispatch des doses non par officine mais par capacité de vaccination des officines en s’appuyant sur les données dont disposent les répartiteurs.

Enfin, si la priorité doit être donnée à la vaccination, il appelle le gouvernement à préciser sa doctrine sur le dépistage par test antigéniques qui a permis jusqu’ici de dépister plusieurs millions de personnes en France dont près de 2 millions dans les officines du groupement, permettant à un pourcentage significatif de connaitre son état à l’égard du virus. Oui à l’incitation forte pour la vaccination, mais choisir entre vaccination et dépistage serait folie !

A propos de Pharmabest

Pharmabest s’est hissé en cinq ans parmi les tous premiers réseaux organisés de pharmacies en France. Il regroupe au 1er février 2021, 98 des plus importantes pharmacies françaises et est présent sur l’ensemble de l’Hexagone en Corse, à la Martinique et en Guadeloupe. L’enseigne affiche un chiffre d’affaires de 840 millions d’euros à fin 2019. 2600 salariés dont 610 pharmaciens inscrits à l’Ordre accueillent plus de 120 000 clients par jour dans le réseau, et servent environ 16 millions d’ordonnances par an. Pharmabest, est une enseigne qui innove au service des patients : avril 2017, lancement d’une carte de fidélité qui compte 850 000 abonnés et 70 marques – avril 2018, lancement de Pharmascience, la première marque propre du groupement 100% naturelle autour d’une gamme de compléments alimentaires et d’huiles essentielles – juin 2018 lancement du premier service de pré-dépistage du mélanome en pharmacie – janvier 2019, lancement du site ombrelle du réseau  www.pharmabest.com – novembre 2019, lancement du Click & Collect  – janvier 2020 : la politique zéro plastique en pharmacie. Novembre 2020 : lancement de la campagne de dépistage du Covid-19.

Pharmabest c’est une marque forte, déclinée en magasin, sur internet, dans une application et avec un magazine mensuel distribué à 455 000 exemplaires. Le groupement est une SA dont les associés sont les pharmaciens. Elle a pour Président le Dr David Abenhaim, associé de la pharmacie Pharmabest Prado-Mermoz à Marseille, et pour Directeur Général, Alain Styl.

Suivez nos actualité sur @pharmabest_corp / www.pharmabest.com

 

 

Contacts médias

Agence Ozinfos

pharmabest@ozinfos.com

Esteban Algrain- 07 72 21 56 48.

 

 

Jeantet nomme deux nouveaux associés: Laeticia Ternisien et Pascal Georges

Paris, 13 juillet 2021 – Jeantet a le plaisir d’annoncer la cooptation de deux nouveaux associés. Ces promotions s’effectuent dans un contexte de croissance continue du cabinet et confirment sa stratégie de développement interne tout en respectant son engagement pour la parité. Laetitia Ternisien et Pascal Georges rejoignent ainsi à partir du 1er janvier 2022 les 30 autres associés.

Laetitia Ternisien, 42 ans, accompagne depuis plus de quinze ans une clientèle française et internationale sur leurs enjeux de droit social et plus spécifiquement dans la gestion des projets de réorganisation et de restructuration des sociétés tant in bonis qu’en procédures collectives. Laetitia a rejoint Jeantet en 2015 en tant que Of Counsel. Elle dispose d’une expertise étendue sur tous les aspects du droit social tant en conseil qu’en contentieux. Laetitia est diplômée d’un DESS de Droit et Pratique des Relations de Travail et d’une Maîtrise de Droit privé (Université Paris II – Panthéon – Assas)

Pascal Georges, 41 ans, intervient depuis près de dix ans auprès de fonds d’investissement lors de leurs investissements dans des sociétés françaises, dans le cadre d’opérations avec effet de levier (LBO). Avant de rejoindre Jeantet en 2012 au sein de l’équipe de Philippe Matignon pour développer le pôle Private Equity, Pascal a travaillé plusieurs années dans le département M&A d’un cabinet français réputé. Pascal assiste également des managers et dirigeants à l’occasion de la négociation ou de la structuration d’accords d’investissement ou des entreprises dans le cadre d’opérations de venture capital ou de capital-développement. Pascal est diplômé d’un Master Droit des Affaires Internationales et Management de l’ESSEC et d’un DESS de Droit du commerce extérieur de l’Université Paris I – Panthéon-Sorbonne.

Pour Karl Hepp de Sevelinges, co-managing partner : « Ces deux cooptations sont un véritable vecteur de croissance pour Jeantet. Avec l’élargissement de notre collège d’associés après quelques recrutements latéraux récents, Jeantet affirme son ambition de donner des perspectives réelles d’association à ses collaborateurs.»

À propos de Jeantet

 

Jeantet est l’un des principaux cabinets d’avocats d’affaires français indépendants, délivrant des services personnalisés et à forte valeur ajoutée, avec un attachement à l’éthique et aux valeurs humaines.

Conscients des évolutions économiques, technologiques, sectorielles et juridiques qui s’imposent à nos clients, nos avocats ont la capacité d’anticiper, de s’impliquer et d’imaginer des solutions fiables, pratiques et adaptées à leurs enjeux.

Ancré dans son marché grâce à de solides fondations, Jeantet associe une expertise juridique d’excellence, en conseil et en contentieux, à une culture entrepreneuriale, au service du succès des projets de ses clients.

Jeantet à Paris, Casablanca, Genève, Budapest, Kiev et Moscou compte plus de 150 avocats dont 32 associés.

www.jeantet.fr            Jeantet – avocats

 

Contact presse 

JEANTET

Charlotte VERILHAC

Responsable communication

Tel. +33 (0)1 45 05 80 05

cverilhac@jeantet.fr

 

OZINFOS

Marie-Céline TERRÉ

Tel. 06 27 26 49 65

Esteban ALGRAIN

07 72 21 56 48

 

jeantet@ozinfos.com

McDonald’s, Lactalis, Bigard, Adrexo, Leroy Merlin, Generali, Altrad, Euro Disney… 44 entreprises toujours hors la loi ?

 

Le CCFD-Terre Solidaire et Sherpa publient aujourd’hui la troisième édition du “Radar du devoir de vigilance”. Selon les recherches menées par les deux associations, au moins 263 entreprises seraient soumises à cette loi visant à prévenir et réparer les violations aux droits humains et à l’environnement commises à l’étranger par des entreprises françaises. Notre étude recense 6 entreprises ayant fait l’objet de mises en demeure ou d’assignations en justice, ainsi que 44 entreprises qui n’auraient toujours pas publié le plan de vigilance exigé par la loi.

Une loi contre l’impunité des multinationales

Depuis le 27 mars 2017, la loi sur le devoir de vigilance impose une obligation de vigilance aux entreprises comptant plus de 5.000 salarié.es en France ou plus de 10.000 salarié.es dans le monde.

Cette loi vise à prévenir les atteintes graves envers les droits humains et l’environnement qui résultent des activités des grandes entreprises françaises, y compris via leurs filiales, fournisseurs ou sous-traitants établis de par le monde. Cette loi se fonde sur deux obligations : une obligation de comportement vigilant, d’une part, et une obligation de transparence, d’autre part, par la publication d’un plan de vigilance.

Un outil, le radar du devoir de vigilance

Comme démontré en juin 2019 et 2020, lors des précédentes éditions de ce “radar du devoir de vigilance”, en raison de l’absence de suivi de cette loi et de l’opacité dont profitent pleinement certaines entreprises, il est impossible pour les citoyen.nes d’identifier de manière exhaustive les entreprises soumises à cette obligation.

Compte tenu des enjeux, le CCFD-Terre Solidaire et Sherpa ont créé un outil accessible en ligne, plan-vigilance.org, afin de servir de vigie citoyenne pour garantir l’accès à l’information à propos de la mise en œuvre de cette loi.

Cette édition 2021 du radar du devoir de vigilance révèle que :

  • Au moins 263 entreprises seraient soumises à cette obligation de vigilance
  • 6 entreprises ont été assignées en justice ou ont fait l’objet de mises en demeure par des associations et/ou des syndicats
  • 44 entreprises n’ont toujours pas publié de plan de vigilance, en dépit des relances par courrier effectuées par le CCFD-Terre Solidaire, Sherpa et Amnesty International France au cours des derniers mois. Parmi ces entreprises, McDonald’s, Lactalis, Bigard, Adrexo, Leroy Merlin, Generali, Altrad, Euro Disney. Les associations publient dans un rapport les explications avancées par certaines de ces entreprises pour justifier leur absence de plan.

Une législation à appliquer et à étendre

A l’heure où le devoir de vigilance est en voie d’être étendu au niveau européen, ces écueils dans l’application de la législation française (seuils d’application trop élevés, absence d’accès à l’information etc.) doivent être corrigés. Surtout, la nouvelle législation européenne devrait faciliter les actions en justice contre les entreprises qui manquent à leurs obligations.

Pour Swann Bommier, chargé de plaidoyer pour la régulation des entreprises multinationales au CCFD-Terre Solidaire
“Cette troisième édition du radar du devoir de vigilance révèle l’apathie et le manque de volonté criante du gouvernement et des parlementaires de la majorité à assurer le contrôle et la mise en oeuvre de cette loi : voilà quatre ans qu’aucune liste des entreprises soumises à cette loi n’a été publiée, et que les manquements à la publication d’un plan de vigilance restent impunis.
Plus inquiétant, c’est également la mise en oeuvre effective de la loi sur le terrain qui ne semble pas non plus préoccuper Bercy : l’entreprise EDF, contrôlée par l’Etat via l’Agence des participations de l’Etat, est impliquée dans des violations des droits humains au Mexique, sans que les pouvoirs publics ne réagissent”
.

En juin 2020, le CCFD-Terre Solidaire et Sherpa proposaient de conditionner les aides d’Etat du plan de relance au respect de cette simple obligation de transparence. Une idée portée par divers parlementaires dans l’hémicycle, rejetée par le gouvernement et la majorité parlementaire.

Pour Lucie Chatelain, juriste à Sherpa
“On le voit dans les réponses des entreprises à nos courriers : certaines ne prennent pas au sérieux leur devoir de vigilance, qu’elles voient comme une simple formalité administrative qu’elles peuvent appliquer à leur guise. Le législateur européen doit absolument exclure cette logique, en renforçant les mécanismes de responsabilité en cas de dommage et en facilitant l’accès à la justice pour les victimes”.

Note aux rédactions

Notre rapport présentant toutes les affaires en cours

Le rapport du CCFD-Terre Solidaire, ECCHR et ProDESC concernant l’implication de l’Etat français dans les violations aux droits humains au Mexique dans le cadre d’un projet d’EDF, dans l’indifférence des pouvoirs publics français : lien

Contacts :
CCFD-Terre Solidaire : Sophie Rebours – Tel : 07 61 37 38 65 – s.rebours@ccfd-terresolidaire.org

Ozinfos : Amine Moussaoui – Tel : 06 27 26 49 64 – ccfd@ozinfos.com

Monsieur le Premier ministre, déconfinez les informations de préparation aux catastrophes naturelles !

#climat – #catastrophesnaturelles – #entreprise

 

Tout le monde en convient, le déclenchement de la dérive climatique est irréversible et la succession des épisodes climatiques comme les crues, les orages et tornades, hors saison, est en passe de devenir une réalité quotidienne des français mais également des entreprises.

Le sujet météo-climat fait son entrée à l’agenda court terme des entreprises. Elles ne peuvent plus repousser l’échéance et doivent se préparer. C’est-à-dire prendre en compte l’équation climat-météo dans leur fonctionnement (organisation des ressources y compris humaines) et leurs opérations (gestion de la production, des imports et ventes) sur le territoire national, mais aussi avec les pays tiers où elles opèrent, ou se fournissent.

Pour entreprendre rapidement et de manière sérieuse la prise en compte des risques majeurs qui pèsent sur leurs installations, en particulier les catastrophes naturelles, parmi lesquels le scénario d’une crue majeure en région parisienne, elles ont impérativement besoin de disposer de données détaillées.

Donner l’accès aux données pour émanciper les entreprises

Comprendre comment les réseaux vitaux pour les entreprises (énergie, transports, télécommunications, eau et assainissement, etc.) vont résister à de tels chocs et quelles seraient leurs trajectoires probables de remise en service après un événement hors normes, est indispensable pour leur permettre de prendre les dispositions nécessaires et se prémunir au maximum de ce risque.

Or, ces informations, dites de préparation, sont classifiées par le Secrétariat Général de la Défense et la Sécurité Nationale (SGDSN) et sont réservées à certains services de l’État et opérateurs d’importance vitale (OIV).

Pourquoi l’immense majorité des entreprises ne peuvent-elles accéder aux informations de préparation dont elles ont pourtant un impérieux pour sécuriser leurs plans de continuation ?

Il est aujourd’hui impossible de savoir même approximativement combien de temps les réseaux seraient gravement affectés dans le cas d’une crue majeure à Paris de type 1910, (autour de 6,20 m), ou au-delà de type Prague 2002 (au-delà de 8,50m). De nombreux pays font mieux que nous en ce domaine, avec bon sens….

A l’heure de l’open data, adapter aux risques d’aujourd’hui et de demain, les règles de circulation des informations de préparation, parait urgent si l’on souhaite que les acteurs économiques puissent se prendre en charge et … poursuivre leur activité !

A propos maitrisedecrises.com

Fondé en 2013, par Vincent Balouet, le cabinet maitrisedescrises.com propose à ses clients grands groupes, banques, assureurs, industriels un abonnement à un service d’analyse recommandations sur les principaux risques systémiques, par le biais d’une émission quotidienne en vidéo chaque matin à 8h à partir d’un studio équipé installé à Fontenay/bois. maitrisedescrises.com intervient également directement en entreprise dans le cadre de formation des équipes en présentiel et à distance notamment sur la prise en compte du risque « catastrophes naturelles ». Vincent Balouet a fait ses armes au Clusif avant d’être appelé au Cigref pour piloter la crise passage à l’an 2000 avant de rejoindre à sa demande, Denis Kessler au Medef. Il a été détaché par le Medef comme conseiller crise à Bercy (époque Strauss-Kahn) puis a intégré la Fédération des Assurances pour traiter les mêmes thématiques.

Agence Ozinfos – Esteban ALGRAIN – 07 72 21 56 48/ / Amine MOUSSAOUI- 06 27 26 49 64 – maitrisedescrises@ozinfos.com

Jean-François DUBOST, nouveau directeur du plaidoyer du CCFD-Terre Solidaire

Jean-François DUBOST est nommé directeur du plaidoyer du CCFD-Terre Solidaire (ONG de lutte contre la faim et pour le développement intervenant dans près de 70 pays). Alors que l’ONG vient de fixer pour les six prochaines années, le cadre de ses interventions au travers de la publication de son rapport d’orientation, le recrutement d’un nouveau directeur du plaidoyer confirme son souhait de poursuivre le travail vis-à-vis des décideurs, acteurs publics et privés. La mission de Jean-François DUBOST s’articulera autour de quatre champs d’action complémentaires : construire la souveraineté alimentaire, promouvoir le développement fondé sur la justice économique, accompagner les migrations internationales et enfin promouvoir la Paix et le vivre-ensemble. Il était dernièrement responsable du programme protection des populations au sein d’Amnesty International France. 

Un spécialiste des questions de plaidoyer

Titulaire d’un DESS de droit international des droits de l’homme et droit humanitaire de l’Université Paris 2 Panthéon-Assas, Jean-François DUBOST est un expert des problématiques de plaidoyer pour le compte d’organisation de la société civile. Il a notamment été responsable du programme Protection des populations (2016/2021), responsable du programme Personnes déracinées (2010/2015) et responsable du service Réfugiés (2006/2010) au sein d’Amnesty international France

« La crise sanitaire a exposé de façon criante et aggravée les inégalités qui défigurent nos communautés. Dans ce contexte, la solidarité constitue plus que jamais un rempart pour préserver la dignité de chaque être humain. Fort de ses liens avec ses partenaires, le CCFD-Terre Solidaire doit alerter et pousser les décideurs à agir dans le sens du Bien commun pour que nul homme ni femme ne soit une variable d’ajustement de choix politiques, économiques et financier » déclare Jean-François DUBOST.

A propos du CCFD Terre Solidaire

Acteur historique du changement dans près de 70 pays, le CCFD-Terre Solidaire agit contre toutes les formes d’injustice. Nous œuvrons pour que chacun voie ses droits fondamentaux respectés : manger à sa faim, vivre dignement de son travail, habiter dans un environnement sain, choisir là où construire sa vie, etc. Un monde plus juste et plus fraternel est déjà en action, car chacun porte en lui une force de changement. Notre engagement pour plus de justice et de solidarité prend racine dans l’Évangile et la pensée sociale de l’Église. Par notre action individuelle et collective, nous proposons et soutenons des solutions politiques et de terrain.

  • 485 organisations partenaires
  • 580 projets internationaux dans 67 pays
  • 15 000 bénévoles
  • 2,4 millions de bénéficiaires

 

Contacts presse :

Agence Ozinfos                                                             

Amine MOUSSAOUI

Tel : 06 27 26 49 64

ccfd@ozinfos.com