Jeantet – Les Echos : tribune de Patrick Thiébart sur l’économie collaborative

29 Juillet 2015 –

Uber est-il un employeur ?

A première vue, la question paraît incongrue. Dans l’économie collaborative, tout est fait pour gommer toute trace de relation de travail entre le site Internet, le particulier « prestataire » et le particulier « client ». Pour autant, la question mérite d’être posée à l’égard des 10.000 « popers », nom donné aux chauffeurs d’UberPOP, aujourd’hui sans emploi depuis la décision d’Uber de suspendre temporairement son application mobile le 3 juillet dernier.
En savoir plus ici

UDA – Les Echos Business : « Marketing : les secrets des entreprises qui gagnent »

08 Juin 2015 –

les echos business logo

ARIANE GAUDEFROY

L’écoute des besoins des consommateurs ne suffit plus : les marques qui sont appelées à durer engagent une vraie interaction avec eux et trouvent de nouveaux modes d’organisation pour rester innovantes. Pour rester dans la course, les entreprises doivent impérativement placer le consommateur au centre de leur stratégie et lui offrir une expérience totale de marque cohérente et personnalisée. Telle est la conclusion de l’étude « Marketing 2020 » réalisée par Millward Brown Vermeer pour l’UDA en partenariat avec « Les Echos Business », dont le volet français a été publié aujourd’hui, et qui met en exergue les bonnes pratiques des entreprises les plus performantes. Comment créer cette « expérience totale de marque » ? Quelques exemples de bonnes pratiques.

 

Retrouvez l’intégralité de l’article ici .

UDA – Les Echos Business : l ‘étude « Marketing 2020 »

08 Juin 2015 –

les echos business logo

Le point faible des entreprises : la réalité du consommateur

ARIANE GAUDEFROY

Les stratégies des entreprises françaises ne seraient pas assez centrées sur le client. Pour l’Union des annonceurs, en partenariat avec « Les Echos Business », l’étude « Marketing 2020 » de Millward Brown Vermeer est riche d’enseignements. Le marketing français serait-il trop éloigné de la réalité du terrain ? C’est ce que laisse penser le volet français publié cette année de l’étude « Marketing 2020 » initiée dans le monde, en 2013, par Millward Brown Vermeer. Pour ce focus sur la France, réalisé en partenariat avec l’Union des annonceurs (UDA), l’étude compare les pratiques hexagonales et mondiales, et met en exergue les méthodes des entreprises les plus performantes.

Retrouvez l’intégralité de l’article ici.

Slate – Vox femina : Citer davantage de femmes dans les médias, est-ce si difficile?

8 Juin 2015 –

Carrie Lam Cheng Yuet-ngor, numéro deux du gouvernement de Hong-Kong, le 28 juin 2012. REUTERS/Tyrone Siu

slate logo

La sortie d’Expertes.eu, un annuaire pour les médias qui souhaitent un meilleur équilibre hommes-femmes dans le choix des spécialistes interviewés, est l’occasion de se pencher sur les obstacles concrets que rencontrent les journalistes pour atteindre ce but.

Il a été réalisé en partenariat avec le réseau Vox femina, une association «créée pour promouvoir une représentation équilibrée et non stéréotypée des femmes dans les médias».

C’est devenu un classique. Chaque année, les études du Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) nous rappellent que les femmes sont très peu présentes dans les journaux, sur les plateaux télé et à la radio. Et quand elles le sont, c’est rarement en tant qu’expertes, mais plutôt comme témoins, mères ou épouses de.

Retrouvez l’intégralité de l’article ici.

 

CAE – Les Echos : Comment la France peut regagner des parts de marche à l’international

27 Mai 2015 –

 logo les echos

Le Conseil d’analyse économique souhaite que le crédit d’impôt compétitivité soit plus concentré sur les bas salaires.

Le mal est connu : depuis 2003, la balance commerciale de la France est déficitaire. Certes, avec l’envol de pays émergents comme la Chine ou le Brésil, la compétitivité des pays développés a eu tendance à se tasser depuis vingt ans. Mais « la part de marché de l’Hexagone à l’exportation diminue davantage que celles des autres pays européens », notent quatre experts du Conseil d’analyse économique (CAE), un organisme de conseil au Premier ministre, dans une note publiée ce mercredi.
Retrouvez l’intégralité de l’article ici.

Comment faciliter les échanges

-Le 20 Mai 2015

Il est si difficile de discipliner les questions de la salle, sans frustrer celui qui aurait souhaité faire un exposé ou celui qui en profite pour raconter sa guerre… bref, dans le cadre de nos missions médiatisation d’événements….nous savons éviter ces écueils par le choix des intervenants, des animateurs et la proposition de formats innovants.

 

 

Conférence de presse de France Stratégie sur « Les métiers de 2022 »

 

-Le 28 Avril 2015

Le vaste rapport de France Stratégie sur « Les métiers de 2022 » est remis l’hors de la conférence de presse ce mardi.

Ozinfos-PP-FS 5

Ozinfos-PP-FS 3

Laetitia Krupa pour Médias le Mag

Ozinfos-PP-FS 2

Jean-Michel Roullé et Joris Aubrespin de France Stratégie

Ozinfos-PP-FS 7

François Rebsamen, Ministre du Travail

Ozinfos-PP-FS 6

Jean Pisani-Ferry, commissaire général de France Stratégie

Ozinfos-PP-FS 4

Cameraman BFM Business

 

ADILEMA – AFP – Aristophil: derrière Proust et Mozart, le spectre de Madoff

29 Avril 2015 –

Gérard Lhéritier, fondateur de la société Aristophil en 2003 pose le 2 avril 2014 devant une vitrine exposant « Les 120 jours de Sodome » du Marquis de Sade – Martin Bureau AFP

AFP logo

© 2015 AFP

Ils ont investi dans du Proust ou du Mozart et croyaient faire un placement aussi original que lucratif, mais aujourd’hui des épargnants lésés se lancent dans la bataille judiciaire Aristophil, société que la justice soupçonne d’être au coeur d’une escroquerie à la Madoff.

En attente du retour de leurs investissements, certains commençaient à s’interroger. Les perquisitions, les saisies d’avoirs bancaires et de biens immobiliers en novembre, suivies des mises en examen en mars de Gérard Lhéritier, médiatique patron d’Aristophil, de sa fille, de l’expert-comptable de la société de placement et d’un marchand d’art ont sonné l’alarme.

La justice soupçonne le +pape des manuscrits+ Gérard Lhéritier d’avoir créé un système pyramidal de cavalerie de type Ponzi, rendu célèbre par l’affaire Madoff, selon lequel les investissements des +entrants+ dans le dispositif financent les intérêts des +sortants+.

«Analogie facile», balaie l’avocat de Gérard Lhéritier, Me Francis Triboulet: «Madoff et Ponzi vendaient du vent, des promesses. Aristophil vendait des livres, des manuscrits authentiques».

Des correspondances de Zola, de Gaulle ou Joséphine de Beauharnais, des partitions de Mozart, une édition originale d’«A la recherche du temps perdu» de Proust…

Depuis 2003, Gérard Lhéritier proposait aux épargnants de devenir propriétaires -en pleine propriété ou en indivision- de manuscrits, que sa société Aristophil pouvait racheter au bout de cinq ans, avec un prix majoré de 8,5%. Ces intérêts devaient être assurés par la prise de valeur des pièces sur un marché annoncé en pleine expansion et par la location de ces documents à d’autres musées.

Au total, 18.000 personnes ont souscrit, pour un montant estimé à 850 millions d’euros.

Aujourd’hui, plusieurs centaines d’entre elles -artisans, commerçants, gendarmes, retraités- se regroupent en associations pour déclarer avant le 10 mai leurs créances dans ce qui pourrait être «une des plus grosses affaires financières en France des dernières décennies», selon Xavier Deroche, président de l’Association de défense des investisseurs en lettres et manuscrits (Adilema).

 

– Epargne atypique –

 

«Les gens se disaient +J’ai quelque chose de consistant, ce n’est pas un produit financier volatile. Je possède une partie du Petit Prince, d’une formule d’Einstein, de Raymond Queneau… Je participe au patrimoine et je peux les voir dans un musée+» (le musée des Lettres et manuscrits à Paris, créé par Gérard Lhéritier), souligne M. Deroche.

Sa mère et son beau-père ont investi en sept ans 1,8 million d’euros, le fruit notamment de la revente des fonds de commerce de son beau-père, coiffeur durant 45 ans.

«On leur a promis un rendement entre 8% et 9%, on leur a assuré que c’était sans risques et que, quoi qu’il arrive, on leur rachèterait les documents», explique M. Deroche, qui en veut aussi aux gestionnaires de patrimoine qui leur ont vendu ces placements.

«Normalement, ce sont des produits de diversification. Or, des courtiers proposaient aux gens de placer 80% ou 100% de leur argent. Il y a au moins négligence, si ce n’est mensonge par omission», confirme Franck, un Vosgien dont la mère et le beau-père ont placé 120.000 euros dans diverses lettres autographes de Verlaine, Magritte, Miro…

«On voulait placer 50.000 euros. Les courtiers nous ont dit: +C’est une affaire tellement sûre que vous pouvez placer 100.000+. On a dit qu’on pouvait monter jusqu’à 80.000 euros», raconte de son côté Jaya Malkani, un commercial de Saint-Etienne qui a investi dans une indivision Mozart.

«Ces contrats ne sont pas intrinsèquement frauduleux», estime Me Triboulet, et «l’information judiciaire devra notamment déterminer quelle a été l’information transmise aux investisseurs».

Dans ses contrats, «la société se réservait la possibilité de racheter ce qu’elle avait vendu, ce n’était pas une obligation. Dans la pratique, elle rachetait parce qu’elle estimait que c’était une bonne opération», détaille l’avocat, pour qui la justice a créé elle-même, avec perquisitions et procédures, «une panique» face à «un système économique inédit».

«On a dit: +C’est une bulle, il faut la faire exploser+ alors qu’il n’y avait aucun plaignant. La société connaissait certes une difficulté de trésorerie mais les dirigeants abondaient ses comptes. On pouvait poser des questions sur l’avenir de cette société, la nécessité de revoir sa stratégie, mais pourquoi un traitement aussi brutal ?»

 

– Honte et colère-

 

Les épargnants redoutent aussi d’avoir acheté leurs documents à un prix bien plus élevé que leur valeur réelle.

Tous partagent un même sentiment: «la honte de s’être fait avoir».

«J’étais assistante sociale et durant ma carrière, j’ai vu beaucoup de gens se faire abuser. Je n’aurais jamais dû me faire avoir», soupire une retraitée bretonne qui a investi 40.000 euros dans une indivision Proust.

A l’Adilema, elle découvre des «situations pires que la (s)ienne»: «Il y a des gens qui préparaient leur retraite, qui voulaient payer les soins d’un parent malade…»

Selon l’association, une personne s’est suicidée. D’autres n’en dorment plus. «Si je ne prends pas de Lexomil, je me réveille la nuit en pensant à Aristophil», raconte Nathalie, 65 ans, qui a investi 100.000 euros fin 2012.

«J’ai gagné à peine plus que le Smic toute ma vie», raconte cette ancienne couturière dans une grande maison de luxe. «J’avais 100.000 euros de la vente de mon appartement et je voulais en profiter un peu chaque année pour me gâter, faire un voyage… Aujourd’hui, il me reste 6.000 euros».

«On n’a plus d’épargne, et ma femme a perdu son emploi il y a trois mois. On ne pouvait pas imaginer tout ça», ajoute M. Malkani. Comme tous, il sait que la bataille s’annonce laborieuse: «On ne sait pas si on récupèrera quelque chose. Ni quand».

__________________________________________________________________________________________________________

Reprises le 29 avril 2015
20Minutes.Fr
Actu.Orangecaraibe.Com
Aisnenouvelle.Fr
Ariegenews.Com
Boursorama.Com
Challenges.Fr
Corsematin.Com
Courrier-Picard.Fr
Entreprises.Ouest-France.Fr
Free.Fr
Journaldunet.Com
Lamontagne.Fr
Larep.Com
Lavoixdunord.Fr
Le10.Com
Leberry.Fr
Lechorepublicain.Fr
Lejdc.Fr (Journal Du Centre)
Le-Pays.Fr
Lepoint.Fr
Lepopulaire.Fr
Lexpress.Fr
Liberation.Fr
Lyonne.Fr
Midinews.Com
Nicematin.Com
News-Banques.Com
Nordnet.Fr
Nouvelobs.Com
Orange.Fr
Reunion.Orange.Fr
Varmatin.Com
Yahoo ! (France)
Yahoo ! Finance France

 

Premium Beauty News – William Koeberlé devient président de la FEPD

24 Avril 2015 –

premiumbeautynews.com logo

William G. Koeberlé, actuel Président de la Fédération Française de Parfumerie Sélective (FFPS) dont le mandat a été renouvelé le 12 mars dernier, a par ailleurs été nommé Président de la Fédération européenne des parfumeurs détaillants (FEPD), succédant ainsi à Robert Leygues. Il exercera simultanément ces deux mandats.

Retrouvez l’intégralité de l’article ici.